SOCIETE DES VOLONTAIRES RONCEVAUX


Société déclarée ouverte aux anciens combattants et assimilés
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Derniers sujets
» CHRONIQUES DU MOIS D'AOUT 2017
Aujourd'hui à 9:59 par CAL.50

» SOLIMAN LE MAGNIFIQUE
Sam 12 Aoû - 9:03 par CAL.50

» Jean PARISOT de la VALETTE  (1494 - 1568)
Ven 4 Aoû - 21:39 par Admin

» LES CHEVALIERS DE L'HÖPITAL DE SAINT JEAN DE JERUSALEM
Ven 4 Aoû - 21:36 par Admin

» CHRONIQUES DU MOIS DE JUILLET 2017
Lun 31 Juil - 14:42 par CAL.50

» LIVRE EN COULEURS
Dim 30 Juil - 10:00 par CAL.50

» ORAN 5 JUILLET 1962
Mar 4 Juil - 23:05 par CAL.50

» CHRONIQUES DU MOIS DE JUIN 2017
Ven 30 Juin - 8:17 par CAL.50

» UN HIVER LONG ET RIGOUREUX
Jeu 29 Juin - 23:58 par CAL.50

Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier
Les posteurs les plus actifs du mois
CAL.50
 
Admin
 

Partagez | 
 

 COMMANDO FRANCOIS - NINH BINH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CAL.50

avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 06/06/2016

MessageSujet: COMMANDO FRANCOIS - NINH BINH   Mer 22 Juin - 21:55

                              Témoignage d'un volontaire - Pierre Pihan, dit "le Quintal"
Propos recueillis par LH GALEA au siège des nageurs de combat à Toulon « la tourelle ».


 
L’église de Ninh Binh qui sert d’abri au Commando François, n’est plus que bruit et fumée. Sa toiture s’écroule sous les coups au but des mortiers viets. Des obus explosent dans la nef.
Les bo-doïs de GIAP déferlent des calcaires vers l’église remplie de fumée ; les mortiers et les canons sans recul augmentent leur cadence de tir, les mitrailleuses se mettent de la partie, bientôt accompagnés des armes individuelles. Le mortier de SEVENO cesse son tir, et ses servants se mettent à l’abri dans l’église.
De gros morceaux de toiture continuant à dégringoler, la position devient intenable. Le pacha décide de bousculer l’ennemi et de percer vers les postes amis de Ninh Binh. Les hommes commencent à sortir et aussitôt un FM les prend sous son feu et interdit tout mouvement. Ce FM est tout près de l’église, au pied du Christ en statue. Sous un feu de couverture, le second maître HENRY et le quartier maître CZARNECHI armé d’un FM, dévalent l’escalier et passent à travers les rafales. Le quartier maître MALECOT tombe sur le parvis, PIHAN maintient un feu d’enfer pour couvrir CZARNECHI, qui, son FM à la hanche, ouvre le feu et neutralise la pièce Viet. Le parvis n’est plus battu par le feu adverse et les commandos foncent pour s’extraire du piège.
La puissance de feu des Viets est telle, que le pacha estime impossible de passer les lignes en groupe et donne l’ordre de dislocation : « petits groupes et foncez ! » PIHAN (le Quintal) en tête, suivi de SEVEN, MULLER, BRIOT et de COSSO se dirigent vers un pagodon qui se dessine en contre-jour dans les lueurs des départs. Les Viets pensent que les commandos sont encore tous dans l’église et concentrent leurs tirs sur le bâtiment. La petite équipe est en train de se diriger vers le rach et les doris camouflés, lorsqu'une volée d’obus de mortier et de grenades leur tombe dessus. Les Viets sont juste derrière le remblai à trois mètres des commandos qui plongent dans la vase. COSSO couché contre PIHAN devient inerte. Le géant se tourne vers SEVEN qui grimace et meurt aussi. Un choc, une douleur effroyable ; le Quintal vient d’être touché, il se relève et voit le corps de BRIOT.
Une section de bo-doïs hallucinés fonce vers l’église en hurlant et piétine le commando, écrasant son vaste corps sanglant dans la vase. La horde passée, il se retourne sur le dos à grand peine, puis rassemblant ses dernières forces se relève et court vers le rach. Il bute dans un corps qui se relève ; MULLER ! c’est lui, et ensemble ils parcourent une vingtaine de mètres. Des coups de feu, PIHAN est blessé au flanc droit, MULLER est mort sur le coup. Il balance une, deux rafales vers l’endroit d’où sont partis les coups de feu ; un groupe de Viets sort en hurlant et se rue à l’attaque. Il fait le mort à côté de son copain ; les Viets les piétinent tous les deux et foncent vers l’église. Il voit CZARNECHI et deux autres commandos être fait prisonniers et emmenés par les bo-doïs qui grouillent. De sa planque, il constate que des déserteurs allemands de la Légion servent des mortiers viets.
Des Viets viennent bavarder à quelques mètres de lui ; ils lancent une grenade dans sa direction. Un éclat lui entaille la hanche droite. Couvert de sangsues, le blessé n’en peut plus, mais l’idée fixe de rejoindre les doris le maintien en vie. Il rampe vers le rach dont il entend maintenant l’eau chanter sur les berges. Les Viets, enragés, cherchent les commandos évadés.
Le rach est là, il plonge dans l’eau fraîche et traverse avec peine. Il sort de l’eau, fait l’inventaire de son armement et se redressant à demi, il prend un bout de piste et s’affale contre un mur, épuisé. Il entend du bruit derrière le mur ; prêt à ouvrir le feu, il découvre trois commandos, MAHE, CAZEAU et MASSEBOEUF. Des rafales sifflent à leurs oreilles, PIHAN dit à ses copains de le laisser et de revenir le chercher avec des renforts. Ils partent ; il se tasse contre le mur.
PIHAN se relève et essaie de courir derrière ses copains. Des coups de feu, une voix s’élève, c’est celle de CAROFF son copain qui ordonne de cesser le feu. Il est chez lui.
PIHAN sera opéré à Hanoi de justesse. Lui et ses copains CAROFF et SIMON deviendront les héros de l’Amicale des fusiliers marins et commandos de Toulon.
Les Viets, rendus furieux par la résistance de cette poignée d’hommes, fusilleront au mépris des lois de la guerre, dix-sept soldats sur les lieux des combats. Neuf hommes mourront en captivité et douze seront portés disparus. Neuf hommes tués au combat et vingt-quatre rescapés. Cinq hommes seront libérés du camp de prisonniers.



Après les combats l'église de Ninh Binh


Stèle dédiée au Commando François
© L.H. GALEA, Société des Volontaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CAL.50

avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 06/06/2016

MessageSujet: PIERRE PIHAN NOUS A QUITTE   Mer 22 Juin - 22:00

Rescapé du Commando François, fondateur et président d'Honneur de l'Amicale des Nageurs de Combat, Pierre Pihan s’est éteint le 30  octobre à l’hôpital Sainte-Anne de Toulon. Ancien marin et héros de guerre, il avait 84 ans. Ses obsèques auront lieu ce lundi en l’église Notre Dame de la Mer à Mar Vivo (La Seyne-sur-Mer). Les cendres de Pierre Pihan seront dispersées à la mer au Canier, face à la base vie du commando Hubert.
Trop jeune, de peu, pour participer aux débarquements de Normandie et de Provence, Pierre Pihan rejoint dès que son âge le lui a permis la Marine nationale, au sein de laquelle il s’engage en 1946. Il a alors 15 ans. Devenu fusilier-marin, le jeune homme, qui décroche par la suite ses certifications de parachutiste et nageur de combat, intègre le commando François, l’une des six unités d’élite de la marine créées en 1947. Alors que les commandos Jaubert, Monfort, Trepel, De Penfentenyo et Hubert existent toujours, François a été dissous en mai 1953.


Crédit texte partiel : Mer et Marine 2/11/15.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CAL.50

avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 06/06/2016

MessageSujet: REPORTAGE SUR NINH BINH ET SES HEROS   Ven 9 Juin - 23:40

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
COMMANDO FRANCOIS - NINH BINH
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quartier-maître Guy DUBREUIL Commando de MONFORT MPLF 1952
» Enseigne de Vaisseau Christian BONZANINI Commando JAUBERT MPLF 1951
» COMMANDO FTNV n° 20
» Commando 137 Maurice
» Lieutenant André DULARD Commando BERGEROL MPLF 1950

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SOCIETE DES VOLONTAIRES RONCEVAUX :: GUERRE D INDOCHINE-
Sauter vers: