SOCIETE DES VOLONTAIRES RONCEVAUX


Société déclarée ouverte aux anciens combattants et assimilés
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Derniers sujets
» CHRONIQUES DU MOIS D OCTOBRE 2017
Hier à 8:59 par CAL.50

» VERCINGETORIX
Sam 7 Oct - 20:00 par CAL.50

» CHRONIQUES DU MOIS DE SEPTEMBRE 2017
Sam 30 Sep - 9:53 par CAL.50

» LES ANCIENS COMBATTANTS DE 1870 A TARBES
Lun 18 Sep - 17:51 par Admin

» ATELIER CREATION
Sam 16 Sep - 10:49 par CAL.50

» DOMERGUE JACQUELINE L'INFIRMIERE HEROIQUE
Dim 3 Sep - 19:58 par CAL.50

» CHRONIQUES DU MOIS D'AOUT 2017
Jeu 31 Aoû - 9:13 par CAL.50

» ANNULATION DE CREDITS ANCIENS COMBATTANTS
Jeu 24 Aoû - 12:07 par CAL.50

» SOLIMAN LE MAGNIFIQUE
Sam 12 Aoû - 9:03 par CAL.50

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Les posteurs les plus actifs du mois
CAL.50
 
Admin
 

Partagez | 
 

 1962 - LES FUSILIERS MARINS QUITTENT LE BARRAGE MAROC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CAL.50

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 06/06/2016

MessageSujet: 1962 - LES FUSILIERS MARINS QUITTENT LE BARRAGE MAROC   Dim 4 Juin - 10:38

Ordre du Jour

A la Demi-brigade de Fusiliers Marins en mars 1962

 « Le 1er juin 1956 débarquaient à Nemours, du bâtiment de débarquement de chars Cheliff, les premiers éléments de la D.B.F.M. » dont la formation avait été décidée en avril 1956, et le commandement donné au capitaine de vaisseau Ponchardier, secondé par le capitaine de frégate de Joybert.
Elle comprenait deux bataillons, formés à partir de réservistes - qui avaient suivi un stage au Centre Siroco - et d’éléments des compagnies de Protection des ports. La zone d’action de la D.B.F.M. s’accroissant sans cesse, un troisième bataillon fut créé dès août 1956. Commandée successivement par les capitaines de vaisseaux Ponchardier, de juin à novembre 1956 ; Vivier, de novembre 1956 à novembre 1957 ; Guillon de novembre 1957 à mai 1959 ; Merlet, de mai 1959 à août 1960 ; Roure, d’août 1960 à mai 1961 ; de Joybert, de mai à octobre 1961, et Flichy, la D.B.F.M. mena à bien son implantation, puis la pacification du secteur dont la responsabilité lui fut donnée.
 
Sa première tâche fut le « nettoyage » de la région de Nemours. Elle mena cette action : d’une part, le long de la bande côtière vers Béni-Saf - action marquée par la création du poste Le Troadec du nom d’un enseigne de vaisseau qui trouva la mort dans les Béni-Menirs au cours d’un combat contre les fellaghas ; d’autre part, le long de la frontière Algéro-marocaine où la présence française avait disparu depuis plus de quatre ans. Après de nombreux combats - dont ceux du Fillaousène et du Djebel Zakri - le premier Bataillon s’installa autour de Nedroma, le second autour de Beraoun, et le Troisième, le long de la frontière, autour de Bab el Assa.
Au cours de l’année 1959, le Premier Bataillon fut mis à disposition du général commandant en chef et participa avec un élan indomptable et un magnifique courage, aux grandes opérations de l’époque : « Jumelles » et « Etincelles », en particulier. Revenu à Nemours, en juillet 1960, il fut, au début de 1961, détaché au corps d’Armée d’Oran, puis, en septembre fut envoyé à Bizerte pour concourir à la défense de la base.
Le Deuxième Bataillon fut, dès 1956, chargé du maintien de l’ordre dans le secteur de Nemours.
Il réussit à pacifier complètement cette zone, devenue une des plus calmes de toute l’Algérie, grâce à l’activité de ses éléments européens et harkis. Après les premières années de combats acharnés et, pendant ces derniers temps, grâce à ses patrouilles et embuscades incessantes, il a obligé les adversaires à se terrer et à fuir, en maintenant un contact permanent avec la populations musulmanes, leur apportant son aide dans les dans les domaines les plus divers de l’administration, de l’enseignement et de l’aide médicale.
Chargé de la garde du barrage, le Troisième Bataillon en a assuré la parfaite étanchéité, s’adaptant constamment aux nouvelles méthodes utilisées par l’adversaire. Son activité inlassable a permis la sauvegarde de tous les ouvrages qui lui ont été confiés, malgré l’équipement progressif en armes lourdes d’un adversaire auquel il était difficile de riposter offensivement, étant donné l’invulnérabilité politique dont il jouissait en territoire étranger.
Après six années de combats ininterrompus, et d’un travail constant de pacification, la Demi-brigade de Fusiliers Marins d’Algérie est aujourd’hui dissoute.
 
197 des siens sont morts au Champ d’Honneur.
254 blessés portent, dans leur chair, la marque de leur courage.

Elle a mis hors de combat plus de 3000 adversaires, et récupéré d’impressionnants stocks d’armes.
Troupe d’élite, la D.B.F.M. aura été, sur cette terre d’Algérie, l’un des facteurs essentiels du concours de la Marine à l’œuvre de pacification. Sur tous les champs de bataille où elle a été engagée, elle a combattu avec un magnifique esprit de sacrifice et, dans tous les secteurs qui lui ont été confiés, elle a apporté la paix et les bienfaits de notre civilisation.

Commandants, officiers, officiers mariniers, matelots et harkis de la D.B.F.M. au moment où le deuxième Bataillon rentre en France, et où le Troisième Bataillon quitte le barrage pour d’autres missions, ma pensée se porte vers vos glorieux morts.

Je m’incline devant votre drapeau.

J’adresse à tous mon salut cordial, mes vœux les plus chaleureux et le témoignage de ma confiance. »

Signé : Vice-amiral d’escadre BARTHELEMY,

Préfet maritime de la Quatrième Région.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
1962 - LES FUSILIERS MARINS QUITTENT LE BARRAGE MAROC
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ecole des fusiliers marins
» RIVIERE,Henri,Laurent.Capitaine de Vaisseau.
» Etablissements Militaires au Maroc.
» Liste des écoles de Commerce au Maroc
» Ceratodus Maroc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SOCIETE DES VOLONTAIRES RONCEVAUX :: GUERRE D ALGERIE-
Sauter vers: